La pluie contre la vitre

Regarder tomber la pluie et se noyer dans les gouttes. Regarder tomber les gouttes et se noyer dans ses pensées.
Quel genre de pensées peut-on trouver dans une goutte ?
Une pensée humide à coup sûr, une pensée triste. Rien à voir avec les pensées dans lesquelles on se noie quand, dehors, tout est inondé de soleil.
La pluie vous coule et le soleil vous transporte.
Je regarde tomber la pluie. Une pluie d’automne, humide plus que mouillée, froide, malgré la température ambiante encore douce, grise et lourde.
Je regarde tomber la pluie et je me sens couler dans des flots de nostalgie.
Qu’il est bon de rester ainsi le nez collé à la vitre quand tout est détrempé hors de chez soi !

Advertisements

7 thoughts on “La pluie contre la vitre

  1. clapote sa petite mélodie sur les pavés rebondis- plic, ploc, plic- elle entraîne dans le caniveau les meutrissures de la cité et de ses habitants…
    quelquefois un peu de rouge tressaille sous l’ondée, c’est la rouge Carolo qui nettoie les craquelures de sa façade 😉

    J'aime

  2. Où tombent les premiers et nombreux flocons de neige …
    Blanchissent mes pensées dès le premier regard.
    Mais quand parait le soir, sombres sont-elles, comme les flocons écrasés et noircis par le va et vient incessant de la circulation.
    Où sont donc nos neiges d’antant qui faisaient le bonheur des enfants ?
    Cordialement.
    Jean-Pierre

    J'aime

Les commentaires sont fermés.