Montre

Ma montre s’est arrêtée. Le temps qu’elle contenait a fini de tourner parce que la pile qui le faisait tourner est morte.

Le temps était prisonnier de la pile qui le faisait tourner et d’une montre qui le gardait enfermé.
Bien sûr il faisait les vingt-quatre heures, sans cesse et toujours, mais il ne connaissait rien d’autre et était incapable de se sauver. Il marchait en rond. Il tournait encore et encore.
Comment a-t-il pu être hier, s’il tournait sur place ?
Comment aurait-il pu devenir demain, s’il était prisonnier ?
Comment était-il aujourd’hui ?

Si je remplace la pile, il recommencera à circuler. Il circulera dans sa cellule de verre.
Comment pourra-t-il passer ?
Le temps doit passer pour que la petite fille que j’étais soit la femme que je suis et devienne la vieille dame que je serai.
Sans le temps qui passe, nous ne sommes rien.
Perplexe, je saisis ma montre. Je l’ouvre. Le temps s’en échappe d’un bond. Je ne le vois pas s’échapper mais je le sens. Il s’en va, il s’éloigne, laissant vide le boîtier où, durant cinq ans, il compta les secondes du cadran.

Va, envole-toi, retourne d’où tu viens et sois heureux…

8 thoughts on “Montre

  1. Rester nu(e) une minute dans une eau à 1° C ou
    embrasser durant une minute l’être aimé
    donne une idée de la relativité du temps,
    presqu’aussi bien que l’a démontrée Einstein ;~)

    J'aime

  2. je souhaiterais une montre qui marche à reculons …
    Pouvoir refaire les moments qui furent moins agréables.
    Mais aussi être davantage courtois avec ceux que l’on a pu peiner.
    Mais le temps, mais le temps …ne se refait pas. C’est celui présent et à venir que l’on doit faire plus beau.
    Bisous et bon week-end Hollynx.
    Jean-Pierre

    J'aime

Les commentaires sont fermés.